Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Mon press-book > Françoise Alard, une principale (...)

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

Publié le mardi 13 septembre 2005 dans la rubrique :

Mon press-book

Caraman

Françoise Alard, une principale heureuse

À la rentrée, les 340 élèves du collège François-Mitterrand ont fait la connaissance de la nouvelle principale, Françoise Alard, qui prend la succession de N. Depenne. Cette jeune mère de famille, originaire de l’Ariège, a auparavant enseigné l’économie, le droit et la communication en lycée professionnel, avant de diriger le collège international de Colomiers.

JPEG - 8.5 ko
Françoise Alard, nouvelle principale du collège François-Mitterrand : "Caraman est une commune semi-rurale qui me plaît beaucoup, et je veux y vivre." (Photo Dominique Bardel).

Sa venue à Caraman résulte d’un véritable choix de vie : "J’ai vécu longtemps près de Paris, et j’ai voulu retrouver ma région ; c’est pourquoi j’ai accepté un poste à Colomiers", explique-t-elle, poursuivant : "Lorsque j’ai exprimé mes choix en vue d’une mutation, Caraman figurait en première position ; le Lauragais est très beau, avec ses coteaux et ses villages, où je peux enfin retrouver les petits commerces qui me rappellent mon enfance." Son vœu a donc été exaucé, et Françoise Alard entend bien, désormais, participer activement à la vie locale. Le dynamisme de la commune, la diversité de son tissu associatif l’ont séduite.

Et elle ne se contente pas d’être une Caramanaise heureuse : lorsqu’elle évoque le collège, son discours déborde d’enthousiasme : "J’ai trouvé un établissement remarquablement tenu ; je rends hommage au travail de mes prédécesseurs, et l’équipe pédagogique est formidable. Le personnel est très impliqué, les projets sont nombreux. Il va falloir maintenir ce haut niveau, c’est pour moi un véritable challenge."

Une fois passée la période toujours agitée de la rentrée, avec son lot d’appréhension et de difficultés, Françoise Alard est désormais impatiente de mieux connaître les élèves. Elle avoue regretter parfois de ne plus pouvoir se trouver devant une classe, malgré le stress qu’engendre le métier d’enseignant. Mais occuper un poste de direction n’est pas incompatible, loin de là, avec l’établissement d’une relation confiante avec les élèves. "Les enfants de Caraman sont gentils, souvent bien élevés, et respectueux. Quelques-uns sont peut-être moins disciplinés, mais je ne vois en cela rien d’alarmant", estime la principale. Si, nécessairement, elle doit imposer aux collégiens le respect de règles de vie élémentaires ("Je suis attachée à la politesse et au savoir-vivre"), elle attache surtout une grande importance au dialogue : "La porte de mon bureau est toujours ouverte ; chaque élève qui en éprouve le besoin doit venir me parler sans hésiter."

Pour l’instant, bien sûr, les enfants l’observent. Elle réussira à coup sûr cet examen de passage.

Recommander : 
 

À vous d'écrire

 

Dans la même rubrique

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Auch secrète"