Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > La vie du site > Visage de livre

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

9 commentaires

Publié le mardi 17 mars 2009 dans la rubrique :

La vie du site

Visage de livre

Internet, quand même, c’est bien pratique. On trouve à peu près tout ce que l’on recherche, et si l’on ne trouve pas... c’est que ça n’existe pas. Ou peu. Ou alors ça n’intéresse personne. Lire, apprendre, jouer en s’amusant, mater des trucs cochons, réviser le Code, regarder la prochaine saison de Dr House en VO : on peut tout faire sur Internet. Il m’est même arrivé d’y trouver de l’aide, du réconfort, du secours.

Par exemple : lorsque je survivais dans la montagne maudite, et qu’un coup dur, très dur, est venu foutre ma vie professionnelle en vrac, les membres d’un forum de journalistes se sont débrouillés pour que j’arrive à franchir ce cap. Même le webmaster y est allé de son coup de téléphone pour savoir comment je m’en sortais. Quand on est seule au fond de sa vallée, sans rire, ça fait du bien.

Plus récemment, un internaute, sans que je lui demande rien, comme ça, juste pour me faire plaisir, m’a envoyé un disque que je pensais ne jamais retrouver : le 45 tours de Pierre Brunet, que je n’avais pas entendu depuis des dizaines d’années.

Et puis il y a eu le général avec sa maison et son histoire : les gens qui ont lu le récit de mes recherches sur Internet, qui sont venus me voir, qui m’ont écrit, qui se sont intéressés, qui m’ont aidée, chacun à sa façon. Bien sûr, il y a eu cette femme étrange, la propriétaire d’un portrait de mon militaire que je ne verrai jamais...

Justement, le général. Les questions éternellement sans réponse. Les archives fouillées de fond en comble, en vain. Les universitaires qui ne daignent pas répondre à mes mails (quand on est scientifique, n’est-ce pas, on ne va pas s’acoquiner avec des amateurs). Les derniers souvenirs des derniers témoins qui sont perdus. Les bâtiments qui ont été inondés, ou qui ont brûlé. Les traces qui se sont envolées. Pourtant, ces traces, éparses, cachées, oubliées, elles sont bien quelque part. Il suffit de savoir où chercher. Mouais... Chercher où, quand on a cherché partout ?

Sur Internet, pourquoi pas ? Poser la question, simplement, au plus grand nombre de personnes possible : « Z’auriez pas chez vous des trucs sur mon général ? » Une photo, un acte, une lettre, quelque chose. Et pour m’adresser au plus grand nombre possible de personne, j’ai soudain pensé à LA solution. Visage de livre. Ou livre visage ? Ou fesse bouc ? Comment on fait pour traduire en français le nom de ce « réseau social » rempli de tant de vide, mais qui pourrait peut-être éventuellement me servir à quelque chose ?

Donc je me suis lancée. Je me suis inscrite sur Facebook. J’ai longtemps, longtemps hésité. Je n’aime pas beaucoup ça, moi, les réseaux, les zamis, les communautés, tout ce tralala dont je me suis tenue soigneusement éloignée jusqu’à présent. Oui mais voilà, si ça peut aider, hein, après tout ? On verra où cela me mènera. Pour l’instant, j’ai toujours le plaisir d’afficher à nouveau quelque part mon cher avatar, que j’avais adopté sur un forum il y a bien longtemps. Les gens croyaient alors vraiment que je portais des lunettes roses. Désormais, ils peuvent en être sûrs : la preuve, je les porte sur Facebook.

Il me reste encore beaucoup de choses à faire : comprendre comment tirer avantage de cette chose qui n’est pas prévue pour être utile, parvenir à toucher les gens qui pourraient être intéressés par mon général, remplir les bonnes cases avec les bons arguments. Et résister à l’envie furieuse d’intégrer le groupe qui milite pour que David Caruso redresse la tête dans Les Experts Miami.

Bah, au pire, j’attirerai peut-être ici quelques nouveaux jardineux. Ce sera toujours ça de gagné. Non ?

Recommander : 
 

Vos réactions

 
Visage de livre
17 mars 2009 15:32, par Pomme

Ça m’étonnerait que tu m’y trouves un jour, sur Facebook, mais ça n’empêche pas qu’on soit zamies

Pomme_restons_cachée

Visage de livre
18 mars 2009 00:42, par DB du Jardin

Pomme —> Manquerait plus que ça, qu’on soit pas zamies, depuis le temps ! Et franchement, je préférerais de loin te voir en vrai plutôt que sur Visage de livre.

Ceci dit, je ne me fais pas trop d’illusions quant à l’impact sur mes recherches de mon inscription sur ce réseau : je veux juste ratisser très large pour pouvoir me dire que j’aurai vraiment tout essayé.

Quant à la prétendue « exposition » sur Facebook, où tout le monde sait tout de vous... Ici comme ailleurs, les gens ne savent que ce que l’on veut bien leur dire. Avec mes presque 600 pages ici, je ne pense pas que les internautes découvriront à mon sujet quelque secret que je n’aurais pas su dissimuler !

DB_qui_cause_beaucoup_mais_qui_ne_dit_rien_d’important

Visage de livre
23 mars 2009 10:33, par CaroBee

C’est « tête de livre » et non « visage de livre », la preuve : http://www.youtube.com/watch?gl=FR&...

^_^

Visage de livre
23 mars 2009 19:09, par DB du Jardin

Merci Caroline ! J’avais cherché cette vidéo pour la mettre en ligne, sans succès... ;-)

Visage de livre
17 mai 2009 14:26, par Julien

Oh tu sais DB, tu a peut être tarder à t’inscrire, mais t’y est résignée avant moi ! Mais j’avoue être toujours impressionné par la manière dont ton talent naturel à su me débusquer sur Face de bouc à peine mon inscription terminée !

Visage de livre
19 août 2009 20:15, par Umanimo

Me suis inscrite sur face de bouc aussi. En fait, c’est à la suite de l’inscription de l’association où je travaille actuellement que je l’ai fait. Pour suivre les évènements de cette asso en direct, même quand je n’y serais plus (à condition que quelq’un prenne le relais et continue de l’alimenter ce qui n’est pas gagné d’avance). Si bien que j’ai eu la surprise aujourd’hui de voir un « ami commun » à cette asso et à moi (me souviens plus qui, mais je crois que c’est Alain Py) accepter la demande d’ami d’une certaine « Dominique Bardel ». Est-ce que ça t’a été utile pour tes recherches au fait ?

Visage de livre
19 août 2009 20:33, par DB du Jardin

Ça m’a été utile dans le sens où tous les gens inscrits sur Facebook et portant le nom de l’oncle de la veuve Larroque m’ont dit qu’ils n’appartenaient pas à la famille qui m’intéressait : ça m’a permis d’éliminer des pistes.

Facebook, ça m’a amusée pendant une semaine, ça m’a saoûlée depuis. J’ai désactivé toutes les notifications par mail pour ne plus être emm... par des avalanches de messages sans aucun intérêt. Maintenant, j’y fais un tour de temps en temps, mais je ne comprends absolument pas l’intérêt de ce truc. Vraiment pas.

Alain Py... complètement inconnu au bataillon ! :-)

Visage de livre
28 décembre 2009 16:18, par Vieux motard

Internet est en train de disparaitre, comme la FM « libre » à la fin des années 80, la pub, le racolage, le « professionnalisme » et les lois auront raison de lui et dans 30 ans, autre chose aura pris sa place et subira sans doute le même sort plus tard... Ainsi va le monde depuis qu’un homme (ou une femme, qui sait) a trouver le moyen d’écrire dans le sable ou la boue de sa case ;-)


Voir en ligne : Caroline Bright

Visage de livre
28 décembre 2009 16:22, par DB du Jardin

Mais arrête de lire des sites pourris, VM, tu te fais du mal ! :-)

 

À vous d'écrire

 

Sur le même thème

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Ce qu'il y a de meilleur en moi"