Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Livres, littérature, littérateurs... > N’achetez jamais une bibliothèque

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

2 commentaires

Publié le jeudi 26 juin 2008 dans la rubrique :

Livres, littérature, littérateurs...

N’achetez jamais une bibliothèque l’été

Au départ, il y avait ça :

Je précise, au départ, cette bibliothèque était pleine. Oui, parce que bon, je sais qu’il y aura toujours un petit malin pour dire que c’est bien grand pour un seul bouquin. Lequel bouquin, en l’occurence, n’est là que pour vous donner l’échelle. Et comme je voulais vous montrer quelque chose de joli, je vous ai mis Le Rivage des Syrtes.

Si ce meuble est vide, c’est parce qu’il a fallu le changer de place : hier, je me suis fait livrer ceci :

Zut. Ça rentre pas dans la photo... Bougez pas, je pousse le canapé, je recule de dix mètres et voilà :

400 euros chez un antiquaire, comme quoi on se demande pourquoi les gens vont chez Tub ou chez Aiké. Dedans, c’est toujours Julien Gracq. Et je sais, il manque un carreau, mais on va pas chipoter. En plus, je crois que je vais laisser la porte comme ça : à l’emplacement sans vitre, je mettrai les bouquins dont je me sers le plus souvent. Bonne idée, non ? Ouais... Sauf que... Il est où, en général, le livre dont on a besoin ? Hein ? Il est où, je vous le demande ? Eh oui, c’est celui-là, exactement, toujours le même, celui qui est tout au fond derrière en bas. Je vais peut-être mettre un carreau, finalement.

Mais avant, il va falloir que je m’occupe de ça :

Je profite de l’occasion pour vous faire part d’une expérience très intéressante. Vous voyez, le tas de livres, il était dans la première bibliothèque. Eh bien figurez-vous quen réalité, ça ne peut pas rentrer. J’ai mesuré : la bibliothèque est trop petite pour contenir les livres qu’elle contenait. Et pourtant, c’est ça le truc vraiment dingue, ils y étaient. Tous. N’est-ce pas là un phénomène pour le moins étrange ? Non ? Bon.

Et c’est à ce moment précis de mon exposé que j’en viens à l’essentiel. Le conseil du jour, la Grande Loi à graver sur les Tables des Grandes Lois Universelles. N’achetez jamais de bibliothèque l’été. Pour la livrer, la mettre à sa place, tout ça, encore, on se débrouille. Moi, par exemple, j’ai choisi un brocanteur qui mesure deux mètres de haut, qui couvre deux octaves sur le piano avec ses petits doigts, que même ses doigts on dirait mes bras. Donc le poids du meuble, c’est gérable. On peut faire transpirer les autres. Mais après, il faut la remplir, la bibliothèque. Et ça, vous êtes bien d’accord, une seule personne peut le faire.

MOI.

Alors bien sûr, comme ça, vu de loin, on se dit qu’un livre, ça pèse pas bien lourd. La preuve, Le Rivage des Syrtes, je l’ai mis sur le rayon sans souffrances extrêmes. Ce fut même facile. Mais voilà. À côté de Julien Gracq, n’est-ce pas, on ne met pas n’importe qui. Il va donc falloir trier, classer, ranger, changer d’avis, réaliser que zut non c’est pas ça faut recommencer. Et j’ai dans l’idée que c’est le bouquin tout au fond derrière en bas de la pile sur le plancher de mon salon qui va se trouver à côté de Gracq. Une intuition. Il est chouette, mon plancher, hein ?

Je pourrais attendre l’hiver, certes. Mais d’ici là, j’aurai probablement besoin du quatorzième livre de la deuxième pile en partant de la gauche dans le tas sur le plancher. Ça va pas aller.

Ce qui me fait peur, surtout, c’est qu’il ne s’agira pas uniquement de transvaser les livres d’une bibliothèque à l’autre. Vous aurez compris que jusqu’à présent, la place me manquait un peu. Donc les bouquins étaient éparpillés un peu partout, et beaucoup n’importe comment. Exemple, le buffet de la cuisine :

Ou alors les bibliothèques de mon bureau :

La météo annonce de la chaleur... Je sens que je vais bien me marrer. Et je me demande si c’était pas mieux quand tous les bouquins étaient entassés comme des sardines dans la bibliothèque trop petite.

Bon. Quand j’aurai fini, je me mettrai en quête de quelque chose pour ranger mes disques et mes partoches. Je ferai ça à Noël !

DB_le_plus_dur,_quand_on_range_des_livres,_c’est_de_ne_pas_les_lire... ;)

Recommander : 
 

Vos réactions

 
N’achetez jamais une bibliothèque l’été
28 juin 2008 22:00, par brendufat

Et tu sais pas le pire ?

Non ?

L’été il fait CHAUD.

Et alors ?

Et alors les bouquins se DILATENT ! ! !

Si, si... (impératrice) !
5 septembre 2009 23:48, par Daniel Fattore

2 R à occurrence.

Sinon, question bibliothèques, vous avez de la chance : au moins, vous avez un beau meuble...


Voir en ligne : Fattorius

 

À vous d'écrire

 

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "L'école sur la Route des arts"