Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Nature et animaux > Le cadeau (empoisonné) de Dimitri -

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

6 commentaires

Publié le mardi 4 août 2009 dans la rubrique :

Nature et animaux

Trois semaines (et un jour) plus tard...

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - la suite

Vous vous souvenez ? Il y a trois semaines (et un jour), Dimitri ramenait à la maison un squelette à moitié crevé, une chose famélique couverte de trois poils collés... Le cadavre sur pattes était impossible à attraper, puait à plein nez, tremblait de terreur au moindre bruit et était tellement affamé que, comme dit la véto, « il aurait bouffé le curé et la soutane avec ». Ouais. Eh bien ça, c’était il y a trois semaines. Et un jour.

C’était bien la peine que, pendant des mois et des mois, je tergiverse pour savoir si oui ou non j’allais reprendre un chat. Les plus préhistoriques des jardineux se souviennent de Salomé, que je vous montre ici parce que c’était quand même le plus magnifique chat de la galaxie :

Là, sur la photo, Salomé avait 19 ans. Ce n’est qu’après qu’elle est devenue assez vilaine, son joli poil noir se collant en plaques grisâtres ; et puis elle a maigri, déjà qu’elle n’était vraiment pas grosse (je pense qu’elle a frisé l’obésité à 2,5 kg), et finalement elle est morte à 20 ans et des brouettes, et on l’a enterrée dans le verger du général. Alors reprendre un chat, repartir pour 20 ans, ça me faisait hésiter un peu. J’ai hésité, longtemps, et après avoir très mûrement réfléchi, tout bien pesé le pour et le contre, j’ai fini par énoncer l’une des pensées les plus profondes de ma vie : « Et pis merde, après tout, une maison sans bestiole c’est trop triste ». C’est donc ainsi qu’est arrivé Dimitri, le plus beau chat du monde, est-il besoin de le rappeler.

Voilà. C’était un coup de tête extrêmement raisonné, un éclair de folie vachement calculé, une prise de risque dans un fauteuil, nous voici avec un chat, la belle affaire. J’étais sûre, au mois de janvier, que quoi qu’il arrive je serais toujours capable de m’occuper de 5 kilos de poils ronronnants. J’étais loin de me douter que l’animal allait me faire un coup pareil : un mâle stérilisé qui vous ramène un petit, c’est quand même assez inattendu. Et pas vraiment souhaité : je ne sais même pas où je serai dans trois mois, ce n’est absolument pas le moment de transformer la maison du général en maison des chats. Franchement.

Je connais assez mal les chats. J’ai regardé des vidéos sur Youtube : tous les chats normaux se montrent hostiles aux petits qu’on leur colle dans les pattes et qui ne sont pas à eux. Dimitri n’est pas un chat normal. Et voici donc trois semaines (et un jour) qu’Ernest est là.

Et alors, qu’est-ce qu’il devient, Ernest ? Le petit sauvage effroyable qui m’avait arraché la peau de la main trois semaines (et un jour) auparavant ?

Il a trouvé l’arbre à chat.

Il ronronne comme un furieux, il a doublé de volume, sa fourrure est devenue toute douce et lisse. Plus aucune terreur dans ses yeux. Il pourrit la vie de Dimitri qui se montre complètement consentant, il braille sans arrêt pour exiger sans délai des croquettes, des caresses ou des jeux. On trouvait Dimitri très silencieux quand il était petit, on avait même craint qu’il soit muet : Ernest nous tanne les oreilles à longueur de journée. Il est toujours sous nos pieds, sauf lorsqu’il dort sur le canapé (ou sur l’arbre à chat). C’est un petit démon toujours à la recherche de quelqu’un à emmerder... Il vit dans l’urgence permanente de s’amuser, son jeu préféré étant bien sûr de bouffer la queue de Dimitri. L’autre jeu préféré : bondir comme un grand prédateur, tapi sous la table de la cuisine, pour saisir les mollets du premier malheureux humain en approche.

Il lui arrive encore d’avoir peur et de fuir droit devant, mais c’est de plus en plus rare. Il crache encore un peu quand on le surprend, mais se reprend très vite et enclenche alors le ronronnement puissance A380.

Bref : me voilà dans une belle panade. Parce que deux chats, là, maintenant, c’est mignon, c’est craquant, c’est très très drôle, mais je ne me sens pas capable de m’en occuper correctement. On parle tous les jours à table du moment où l’on va mettre des annonces pour chercher à placer Ernest. Il faut qu’on lui trouve une famille bien, des gens à la campagne, loin des routes, avec un jardin et des arbres, sans sale gosse qui prend les animaux pour des jouets, qui pensent bien à son rappel de vaccin tous les ans, tout ça. Mais avant, on a encore un peu de temps : Ernest n’aime pas beaucoup qu’on le porte dans les bras, même s’il est possible désormais de le garder une ou deux minutes sans qu’il bouge. Il lui reste encore des trucs à apprendre avant de partir pour une nouvelle maison.

D’ici là, il pourra continuer à suivre Dimitri comme une ombre, à lui poinçonner les oreilles et à faire ses griffes sur son dos.

Et moi j’ai le temps d’élaborer le questionnaire auquel devront se soumettre les candidats à l’adoption d’Ernest (avec enquête de moralité). Ce qui m’inquiète vraiment, maintenant, c’est que j’ai vu la mère du chaton, il y a quelques jours. Je pensais qu’elle était morte, je l’espérais un peu, même. Mais non, elle est là, le ventre grouillant de futurs bébés chats, elle est énorme, et cherche à entrer dans la maison pour chiper de la nourriture. On s’est regardées, moi interloquée et assez contrariée, elle haineuse et farouche. Je n’ai pas du tout du tout envie de me coltiner sa prochaine portée.

J’ai expliqué ça à Dimitri ; je crois qu’il n’en avait strictement rien à faire, de mes mises en garde. Lui, il a un copain, alors le reste, hein...

Post-scriptum

Sans blague, si vous connaissez quelqu’un qui cherche un p’tit chat... faites passer l’info !

Recommander : 
 

Vos réactions

 
Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - la suite
4 août 2009 20:12

Je craque, là, complètement, je traverserai l’Atlantique pour venir chercher Ernest...

Mais que dirait Flex, la reine de la maison, qui n’arrête pas de flanquer des torgnolles aux matous haineux du voisinage...

Pomme_qui_aime_les_chats_et_qu’aiment_les_chats

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - la suite
4 août 2009 21:24, par Freddy

Ben quoi, ça serait mignon un petit Fidel !

Tes chats sont des tombeurs..
4 août 2009 21:58, par brendufat

Le fait est que les photos sont plus que craquantes...

Tu permets que je t’en emprunte une, le jour où je m’inscris sur un site de rencontres ? :-D

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - la suite
5 août 2009 12:10, par DB du Jardin

Pomme -> De toutes façons, il faut que tu traverses l’Atlantique pour venir chercher ton bocal de cassoulet.

Freddy -> Même pas dans tes rêves les plus fous !

Brendu -> Qu’est-ce que tu irais foutre sur un site de rencontres ? :-/ Avec MES chats ? :-))

Bon. Je sais, on touche le fond sur un site quand on commence à publier régulièrement des photos de chat. Ça veut dire qu’on a atteint le bout du bout du vide cérébral absolu. Oui. Tant pis... J’assume !

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - la suite
11 août 2009 16:22, par Veronique

Hello ce serait dommage de les séparer, Dimitri s’est trouvé un copain et à priori, ça ne doit pas être très difficile de supporter 2 chats au lieu d’un seul... :)

Sont mignons ensemble sur ces_photos_calendrier_pour_mèmère ;)

Véro, j’aime mieux les chiens !

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - la suite
6 septembre 2009 08:46, par Coakette

On dirait que ce chat a déjà trouvé une famille bien (des gents de la campagne, loin des routes, avec un jardin et des arbres....).

 

À vous d'écrire

 

Sur le même thème

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Les petits voyages de Marie-Honorine"