Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Nature et animaux > Le cadeau (empoisonné) de Dimitri -

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

11 commentaires

Publié le samedi 26 septembre 2009 dans la rubrique :

Nature et animaux

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !

Amis jardineux, je dois vous faire un aveu. Je travaille comme une damnée pour vous préparer un nouvel épisode de Jean-Seb, qui était tombé aux oubliettes. Mais voilà : pour vous pondre une nouvelle page sur la fameuse Ouverture, c’est très très long. Remettre le nez dans la partition, essayer de me souvenir de notions que je commence à oublier, préparer tout plein de petits fichiers musicaux pour les exemples, ça prend des heures et des heures. Surtout que mon pauvre neurone assommé par les médicaments éprouve bien des difficultés à se remuer un peu.

Et pendant c’temps là, les statistiques du Jardin s’effondrent. Et mon orgueil ne le supporte pas. Il me faut réagir, et réagir vite, bien, fort. Donc, je n’ai pas le choix : pour la sauvegarde de mon ego, je suis contrainte de poster des photos de chats. Pire, il me faut impérativement montrer au moins un chaton.

Ça tombe bien, j’en ai un sous la main. Depuis deux mois et demi, Ernest squatte la maison du général. Les amnésiques et les nouveaux venus découvriront avec ravissement (et émotion) le début de l’histoire ici.

Fermement décidée à placer le petit chat au plus vite, j’ai mis une petite annonce sur Facebook (pour toucher un très large public : 25 amis — mais à l’époque, il y en avait deux ou trois de moins). Hélas, malgré cet effort considérable, personne n’a été séduit par mon annonce. Pourtant, elle était habilement formulée ; je me souviens que j’avais écrit que la mignonne petite bête était sauvage, rongée par les vers et nauséabonde. Ce qui était vrai. Alors, je ne m’explique pas un tel insuccès.

Tant pis. Je dois me résigner... Allez, rassurez-vous, je pense que je devrais parvenir à supporter cet immense fardeau ! En fait, la présence d’Ernest présente quelques avantages appréciables. Ainsi, le fait d’avoir deux chats me permet d’en avoir toujours un dans la maison. Le petit refuse de sortir alors que la porte est toujours grande ouverte ; il ne va dans le verger que pour me suivre si j’y vais faire un tour. Le grand consent rarement à rentrer, bien que la porte soit ouverte dans les deux sens. Il apparaît après la tombée de la nuit, pour plonger sur ses croquettes. Je ne profite de sa présence que lorsqu’il pleut, et ici, il ne pleut pas souvent...

Eh oui, il est grand, maintenant, Dimitri. Il vit sa vie, vaque à ses occupations, fait des trucs très importants de grand chat. Il chasse, il grimpe aux arbres...

Le reste du temps, il dort, mange ou joue avec son copain Ernest (dit Nénesse).

Les deux chats s’entendent à merveille. Ils partagent le même coin de couverture la nuit, et passent des heures à jouer, trouvant que mon bureau constitue un excellent ring pour leurs simulacres de bagarre. Comme si mon bazar avait besoin d’eux. Mais à vrai dire, ce qui lui plaît réellement, à Ernest, ce qui l’obsède, ce qui le rend pleinenement heureux... c’est bouffer la queue de Dimitri.

Remarquez, c’est normal : il est encore petit, le Nénesse. À peine cinq mois, si j’en crois la vétérinaire qui vient de lui faire son deuxième vaccin, et qui a bien du mal à soigner ce maudit coryza. Alors comme tous les petits chats, il joue avec tout ce qui bouge, ou court avec entrain derrière les balles de ping pong disséminées dans toute la maison. Et pendant que Dimitri s’adonne à ses occupations d’adulte, il passe le temps avec des activités de petit chat. Il chasse, il grimpe aux arbres...

Bref, tout va bien pour lui, me semble-t-il. Et grâce à lui, les statistiques de fréquentation de mon Jardin vont se hisser vers les sommets : merci Ernest !

Recommander : 
 

Vos réactions

 
Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
26 septembre 2009 23:49, par Ardalia impressionnée

La porte qui est ouverte dans les deux sens en même temps ! C’est vachement bien foutu chez toi...

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
26 septembre 2009 23:56, par DB du Jardin

Bravo Ardalia, tu viens de recevoir avec panache et brio le Grand Prix du commentaire supersonique ! Pour un peu, tu commentais avant que je mette ce fabuleux article en ligne, dis donc ! :-)

Quant à la porte, laquelle est effectivement exceptionnelle, je dirais même qu’elle est ouverte dans les deux sens à double battant. Dingue, non ?

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
27 septembre 2009 12:01, par Umanimo

Quelquefois même cette porte eut été ouverte sans battant, double ou simple. ;-)

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
28 septembre 2009 13:38, par DB du Jardin

:-) Je me souviens qu’il y en a qui ont été traumatisées en voyant que je vivais en toute sérénité dans une maison sans porte !

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
1er octobre 2009 15:13, par brendufat

Rahhh... le coup de la photo de chat ! Imparable ! Faudra que je m’y mette moi aussi.

« Un chat sachant chasser sans son arbre... »


Voir en ligne : http://brendufat.overblog.com

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
1er octobre 2009 18:05, par DB du Jardin

Tu as un chat, Brendu ?

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
3 octobre 2009 00:16, par Vieux motard

Je n’avais jamais saisi la nuance entre les occupations des petits ou des grands chats, mais maintenant je crois que j’ai tout compris :)

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
3 octobre 2009 14:11, par brendufat

Nan, no matou mité. Va falloir trouver autre chose pour charmer les foules...

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
5 octobre 2009 23:33, par DB du Jardin

Yess ! VM fait son comine ga oute ! Bienvenue chez toi, Vieux motard.

Brendu : tu veux pas un p’tit Ernest ?

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
13 octobre 2009 21:54, par brendufat

Un p’tit Joseph, peut-être, histoire d’en dérouter quelques-uns... :-D

Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !
15 octobre 2009 18:05, par Fred

Brendu > Ah non ! Une petite Éléanor, un petit Fidel, peut-être, mais pas de petit Joseph ! Un petit Mao pendant que tu y es non ?

 

À vous d'écrire

 

Sur le même thème

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "La maison du général - 31"