Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Musique > Le Conservatoire entre en scène

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

Publié le mercredi 1er décembre 1999 dans la rubrique :

Musique

Saison musicale

Le Conservatoire entre en scène

Pendant des dizaines d’années, le "Conservatoire" de Saint-Étienne était un lieu secret, devant lequel on passait sans jamais oser y entrer. Au fil des ans, lentement, les portes se sont entrouvertes pour laisser entrer un public timide... Puis un beau jour, le nouveau directeur a enfin permis aux élèves musiciens de se produire lors de véritables concert. Une révolution culturelle !

Apprentis musiciens, les élèves de l’école nationale de musique et de danse de Saint-Étienne, que l’on connaît mieux sous le nom de conservatoire Massenet, pourront cette année s’entraîner à l’exercice de la scène, grâce à la reprise des représentations en public, sous la coordination de Bernard Albaynac.

JPEG - 11.3 ko
Jouer ensemble, c’est déjà compliqué ; jouer en public, c’est encore plus dur, mais cela s’apprend(photo Dominique Bardel).

À son arrivée à la direction du conservatoire Massenet, il y a trois ans, Yves Giraudon avait manifesté le souhait de multiplier les rencontres entre les élèves et le public. Très rapidement, une programmation particulièrement riche fut mise en place, avec pour point culminant une étonnante représentation de Didon et Enée, de Purcell, où la jeune Marie Basson produisit une très forte impression. Aujourd’hui, à l’issue de ses études musicales, cette soprano se produit régulièrement lors de récitals qui annoncent la promesse d’une grande voix. Après une année marquée par une centaine de représentations, données tant par les élèves que par les enseignants, l’élan fut stoppé net par le départ de l’animateur chargé de la coordination de ces programmes...

Depuis le 1er octobre, le conservatoire dispose à nouveau d’une force vive apte à provoquer les rencontres entre les élèves et... le reste du monde. Bernard Albaynac, jusqu’alors professeur d’accordéon, prend donc en charge l’ouverture de l’institution vers le public. C’est reparti pour les concerts à l’auditorium Cochereau, les représentations extérieures et les participations aux programmes des saisons culturelles. Avec, cette fois, l’espoir que l’aventure s’inscrira dans la durée.

Auditions et grands concerts

“Jouer tout seul dans sa chambre ne présente aucun intérêt”, s’exclame le nouveau coordinateur. “La représentation en concert fait partie intégrante de la formation d’un futur musicien”. Un avis largement partagé par Yves Giraudon, qui avoue d’ailleurs passer les meilleurs moments de sa vie professionnelle en dirigeant l’ensemble orchestral du conservatoire. Fort d’un constat que nul ne songerait à contester, Bernard Albaynac annonce que les auditions des classes d’instruments donneront lieu, le plus souvent, à une représentation publique. Une aubaine pour le mélomane peu fortuné, qui pourra s’offrir, chaque semaine, un concert thématique à l’auditorium Cochereau.

Parallèlement à cet entraînement systématique à la représentation publique, de grands projets sont aujourd’hui en cours d’élaboration, dignes des programmations professionnelles. Ainsi, élèves et enseignants travailleront, toute l’année, sur l’œuvre comparée de Bach et Ligeti : deux virtuoses du contrepoint que rien ne sépare, hormis trois petits siècles...

Lors d’un premier grand concert, les élèves des classes de formation musicale (ex-solfège) chanteront, en allemand, l’intégralité des 18 Chorals de Leipzig : un exercice difficile pour les jeunes artistes, que leur formation ne prédispose pas au chant. Accompagnés par Jean-Luc Salique, à l’orgue de l’église Saint-Louis de Saint-Etienne, ils découvriront les joies - et les contraintes - du chœur, soutenus il est vrai par des chorales de la ville. Et les spectateurs auront le plaisir de découvrir un corpus que l’on a rarement l’occasion d’entendre dans son ensemble.

Les grands élèves de Jocelyne Rigo, au terme de leurs études en formation musicale, interpréteront le périlleux choral à quatre voix Lux Æterna de Ligeti, compositeur contemporain qui vit en France depuis de nombreuses années. Celui-ci sera encore à l’honneur, peu avant les examens, avec Kamber Konzert, œuvre inscrite au programme du baccalauréat. Interprété par l’Ensemble orchestral contemporain, sous la direction de Daniel Kawka, ce concerto sera analysé, à l’attention des étudiants (mais aussi des mélomanes avides de connaissances) par le musicologue Alain Poirier.

Et pour couronner cette folle saison, Bernard Albaynac entend bien rendre tout son sens à la Fête de la musique. Il l’a promis : le 20 juin verra la cour du conservatoire s’enflammer pour un méga-concert où les styles et les rythmes se mêleront sans se soucier du qu’en dira-t-on.

Le retour de "Saint-Etienne en musique"

Outre ces nombreuses manifestations, organisées dans le cadre du programme pédagogique de l’établissement, les élèves épris de scène (et leurs profs) renoueront avec les concerts de l’association "Saint-Etienne en musique", tombés eux aussi en sommeil l’an dernier. C’est ainsi que, au plus froid de février, le pianiste Dominique Skorny dévoilera enfin ses talents de compositeur, avec un piano relié à des synthétiseurs.

C’est un autre prof, Jean-Pierre Sciau, enseignant à la Maîtrise de la Loire, qui verra son œuvre interprétée par l’Association des clarinettistes de la Loire, salle Boulez, au conservatoire. Spectacle complet, mêlant danse et musique, Clari-net trahit la créativité du musicien, dont les compositions remportent toujours un vif succès.

Enfin, les élèves du conservatoire Massenet, à l’issue de deux jours de master-class au conservatoire national de région de Lyon, donneront avec les étudiants de ce dernier un concert à Saint-Etienne.

Trois manifestations, pour le moment, à l’actif d’une organisation qui offre aux Stéphanois l’opportunité d’entendre de beaux concerts, et aux jeunes musiciens d’acquérir l’expérience de la scène. Et d’autres bonnes surprises pourraient bien venir compléter ce programme...

Recommander : 
 

À vous d'écrire

 

Dans la même rubrique

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Marie-Laure de Decker"