Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Mon press-book > La réduction du temps de travail au

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

1 commentaire

Publié le mardi 11 juin 1996 dans la rubrique :

Mon press-book

La CGT en fête à Cuzieu

La réduction du temps de travail au cœur du débat

Quand on croyait aux vertus de la RTT...

En fouillant dans mes archives, j’ai retrouvé cet article que j’avais rédigé, alors que j’étais correspondante débutante, lors de la fête départementale de la CGT. Licenciements massifs, emploi des jeunes, précarité... Malheureusement, malgré les années, tous ces thèmes sont restés d’actualité. Lors de mon prochain papier pour une page "Economie - Social", je ne serai pas dépaysée.

La CGT faisait la fête, ce week-end. Rencontres sportives, karaoké et stars de la chanson française étaient au programme. Mais une matinée studieuse attendait les militants, dimanche, avec un débat où "le plein emploi solidaire" était à l’honneur.

"Un emploi pour tous, c’est travailler moins, travailler mieux, travailler tous." Cette phrase, prononcée par Jean-Claude Chaverondier, chargé de communication à l’Union départementale de la CGT, résume l’une des préoccupations actuelles du syndicat.

Au cours d’un débat qui s’est tenu au château de la Cas-EDF à Cuzieu, dimanche matin, les militants ont confronté leurs expériences et réfléchi aux alternatives possibles aux licenciements annoncés à Giat-Industries. Plus largement, c’est la loi de programmation militaire et ses conséquences sur l’emploi qui sont remises en cause.

Dans le public, un employé de Giat-Industries rappelle que ce sont environ 1 000 emplois qui vont être supprimés dans la Loire. A l’échelle nationale, la restructuration de la Défense nationale devrait entraîner de 50 000 à 75 000 licenciements, selon l’intervenant. Il conclut : "Cette loi a été votée à la suite de la décision unilatérale d’un seul homme, alors que la CGT demandait un grand débat national. Elle aura pour conséquence de sinistrer des communes entières."

Le secrétaire général de l’Union départementale, Jacky Teillol, élargit le débat : "Giat-Industries est la dernière grosse entreprise industrielle de la Loire. Elle est liée à l’idée de Défense nationale. Mais le gouvernement va vers une conception européenne de la défense. Il s’établit un nouvel ordre mondial, et on en subit les conséquences."

Nathalie Lombardo, secrétaire de la Commission départementale des jeunes CGT, soulève la question de l’avenir des jeunes : "La disparition du service militaire va conduire à une augmentation du travail précaire, actuellement illustré par les CES et les CDD. Les jeunes ont la précarité pour tout horizon."

Agir tous ensemble

Une alternative aux licenciements est proposée par la CGT : la réduction du temps de travail. Mais pas à n’importe quel prix. Jean-Claude Chaverondier rappelle la revendication du syndicat : "Nous demandons la réduction du temps de travail, mais sans baisse des salaires. Il faut une loi-cadre pour éviter les dérives." Tous les participants s’accordent pour affirmer que la baisse du temps de travail s’impose. Pour faire entendre cette revendication, Philippe Baury, journaliste à Radio-TSF, souligne qu’il est nécessaire d’agir en masse : "Il faudrait que l’ensemble des organisations syndicales se mettent d’accord pour créer un front commun."

Dans le public, un militant observe : "Il faut déjà lutter contre le corporatisme, qui conduit chacun à réagir en fonction des problèmes de sa propre entreprise. Mais les salariés sont conscients qu’il faudra se rassembler pour établir un véritable rapport de force."

Pour Pierre Gallon, responsable du secteur économique de l’Union départementale, "il est difficile de faire apparaître le lien qui existe entre les différentes revendications. La cohérence entre les luttes peut s’articuler autour de la réduction du temps de travail. Cette réponse s’applique aussi bien au secteur public qu’au secteur privé, à tous les niveaux".

Jacky Teillol garde espoir : "Les manifestations de cet hiver ont prouvé qu’on pouvait agir tous ensemble. Je ne vois rien qui s’oppose à ce que nous puissions recommencer."

Les militants pourront mettre en application ces intentions, lors de la journée départementale d’action du jeudi 13 juin. A Roanne, ils participeront à un grand débat en présence du secrétaire général de la CGT, Louis Viannet.

Recommander : 
 

Vos réactions

 
La réduction du temps de travail au cœur du débat
7 octobre 2009 16:19, par Vieux motard

Bonjour, nous sommes treize ans plus tard et dans les entreprises, la réduction du temps de travail prend désormais la forme de périodes de chômage partiel, faute d’avoir suffisament de commandes. Les RTT et les congés payés servent surtout à éviter de trop perdre de pouvoir d’achat au passage.

 

À vous d'écrire

 

Dans la même rubrique

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Le poids de l'histoire"