Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Musique > La chaleur des musiques de (...)

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

Publié le samedi 16 mai 1998 dans la rubrique :

Musique

La chaleur des musiques de l’Est

Les profs en concert

La plupart des profs de musique exercent leurs talents sur scène, dans le cadre d’un orchestre, d’un duo, voire comme solistes. Certains s’y montrent si convainquants qu’on voudrait être leurs élèves. C’est le cas, par exemple, de Hervé Cligniez et Cyril Goujon, qui enseignent tous deux au conservatoire Massenet, à Saint-Étienne.

Dans le cadre du festival "Saint-Victor sur scène", Cyril Goujon et Hervé Cligniez ont donné, samedi soir, un concert qui a immédiatement séduit l’auditoire.

Certes, le public, découragé par le froid, était peu nombreux samedi soir, au théâtre de verdure de Saint-Victor, pour écouter Cyril Goujon au piano et Hervé Cligniez à la clarinette. Mais la chaleur n’a pas tardé à monter sous la charpente qui, si elle ne protège pas des vents coulis, assure une acoustique remarquable.

Tous les ingrédients étaient réunis pour que cette soirée soit un fort agréable moment de musique : un public enthousiaste, des musiciens talentueux et des airs superbes, inspirés de la tradition orale et arrangés par des compositeurs contemporains.

La première partie, consacrée à la musique d’Europe de l’Est, comportait des airs que l’on peut d’ailleurs retrouver dans le disque enregistré par le duo, Rêves d’hiver. Comme ce titre ne l’indique pas, danses et mélodies populaires se caractérisent par leur chaleur, qu’elles soient mélancoliques comme la Chanson du berger triste de Wiener ou pleines d’allant comme la Czardas de Cossetto.

Après l’entracte, le public s’est laissé charmer par le répertoire yiddish, avec des airs d’inspirations cosmopolites, où se mêlent avec souvent beaucoup d’humour des influences orientales, méditerranéennes ou américaines.

Après l’entrée en scène de grands élèves de la classe de clarinette du conservatoire Massenet, fraîchement médaillés, l’ambiance s’est encore réchauffée, à la faveur notamment d’un charleston endiablé joué en final.

Séduit par une très belle musique populaire, expressive et colorée, l’auditoire a aussi apprécié les commentaires d’Hervé Cligniez, qui permettaient de ne pas écouter idiot. Un concert plein de charme et d’humour.

Post-scriptum

Écouter l’extrait d’un CD de Hervé Cligniez et Cyril Goujon

Recommander : 
 

À vous d'écrire

 

Dans la même rubrique

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "La maison du général - 37"