Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Nature et animaux > Herotilapia multispinosa

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

Publié le mardi 18 janvier 2005 dans la rubrique :

Nature et animaux

Herotilapia multispinosa

Voici un poisson qui ne peut pas laisser indifférent : ce n’est pas pour rien qu’on le surnomme « Cichlidé arc-en-ciel ». Mais si les conditions de maintenance ne lui conviennent pas, il reste terne et insignifiant.

JPEG - 12.7 ko
Mon mâle multispinosa est un véritable joyau. Mais il a un très gros défaut : il est complètement idiot. Même pour un poisson. (photo Dominique Bardel)

Pour que ses couleurs soient chatoyantes, Herotilapia multispinosa doit être heureux. Sinon, il est si gris, si laid et si terne qu’on n’en voudrait à aucun prix. C’est peut-être pour ça qu’il n’est que rarement proposé dans les commerces aquariophiles : il passe totalement inaperçu dans les bacs de vente. C’est dommage, car ce poisson originaire du Nicaragua et du Costa Rica est très robuste, et se reproduit facilement en aquarium. Il faut simplement lui offrir un environnement sécurisant et des colocataires pas trop remuants.

La maintenance

Ce Cichlidé, qui atteint une taille de plus de douze centimètres (les miens approchent les 15 cm), peut être maintenu en couple dans un bac de 200 litres. C’est un poisson facile, qui creuse peu, et se montre accommodant avec les autres occupants de l’aquarium. S’il est capable de défendre son territoire et sa progéniture, ce n’est cependant pas un foudre de guerre. Il convient donc de le faire cohabiter avec des espèces qui ne lui mèneront pas la vie trop dure. Quand les conditions de vie lui conviennent, le multispinosa présente une robe jaune d’or, avec une ligne d’un noir profond allant de l’opercule au pédoncule caudal. Mais ce patron de coloration est extrêmement changeant, et le poisson peut, en quelques secondes, afficher de nombreuses rayures verticales d’un noir intense, ou devenir uniformément gris argile. Pendant la période de frai, ses couleurs redoublent d’intensité, et les nageoires sont ourlées de bleu ; la partie inférieure du corps peut devenir bleue également, ou orangée... jusqu’à ce qu’un changement d’humeur efface toutes les couleurs. Plus que son comportement lui-même, c’est sa couleur qui indique si le poisson est à l’aise ou non. Pour qu’il exprime son bien-être, il faut lui fournir d’abondantes cachettes aménagées dans des amas de pierres, et éviter un éclairage trop violent ; les plantes (robustes, le multispinosa adore la verdure au déjeuner) montant jusqu’à la surface le rassureront.

Il me semble que ce poisson paisible mais un peu émotif soit très sensible au stress, et ait beaucoup de mal à s’adapter à de nouvelles conditions de vie, une fois qu’il a atteint l’âge adulte. Mon couple, plusieurs semaines après avoir réintégré son aquarium à la suite d’un déménagement, n’arbore toujours pas ses couleurs, et les poissons restent cachés en permanence, ne sortant que lorsqu’approche l’heure de la distribution de nourriture. Donc, tout changement dans l’aquarium doit être opéré avec prudence, et si on peut l’éviter... En revanche, il ne semble pas vraiment exigeant quant aux paramètres de l’eau, dans la mesure où ils ne présentent pas de valeurs aberrantes et où ils restent stables.

Bien qu’omnivore, Herotilapia multispinosa a absolument besoin d’une large part végétale dans son alimentation. Si on lui distribue des granulés pour Cichlidés, il faut donc veiller à lui apporter en quantités suffisantes un complément végétal, sous forme de laitue, d’épinards, de petits pois, de tranches de concombre ou de rondelles de courgette. Grâce à ce régime « vert », il épargnera les plantes de l’aquarium. Sinon...

La reproduction

Le multispinosa est un pondeur sur substrat découvert : le couple dépose les œufs sur une pierre, à proximité de laquelle il a creusé une cuvette dans le sable afin d’y déposer les alevins à la naissance. Fait appréciable, ce Cichlidé ne démolit pas entièrement l’aquarium lors des travaux d’aménagement ; cependant, il détruit toutes les plantes se situant à proximité immédiate du nid : il veut disposer d’une vue dégagée sur les alentours pour mieux surveiller les éventuels prédateurs. Le schéma parental est très classique : les deux parents s’occupent de la ponte puis des alevins ; la femelle est chargée de la surveillance rapprochée, tandis que le mâle monte la garde pour maintenir les autres poissons à bonne distance. Le couple que je possède n’a mené à bien que sa première ponte, dont les produits sont allés grossir les effectifs d’un club aquariophile. Dès la deuxième ponte, le mâle a littéralement « pété les plombs », et c’est désormais toujours la même scène désolante qui se déroule sous mes yeux : la ponte en elle-même se déroule très bien, puis le mâle chasse la femelle, pour assurer seul la garde des œufs. Naturellement, la femelle résiste ; les deux poissons se battent violemment, et pendant ce temps les meeki se régalent d’œufs bien frais. Le lendemain, tout est terminé : la femelle est couverte de blessures, le mâle a les lèvres tuméfiées, et chacun retourne dans son coin, tristement gris.

Les alevins sont très faciles à élever : dès qu’ils atteignent la nage libre, on peut leur distribuer des nauplies d’artémias. Etant donné que le multispinosa a un régime alimentaire plutôt végétarien, j’ai toujours veillé à ce que les alevins disposent dans leur bac de croissance d’algues filamenteuses en abondance : je les ai vus se régaler en « broutant » ce gazon avec grand appétit. Une nourriture variée, avec une large part végétale, permet d’obtenir des poissons à la croissance rapide, et aux couleurs très prononcées, dès l’âge de deux ou trois mois.

Le comportement

Un peu timide s’il est maintenu avec des espèces trop remuantes, le multispinosa est un poisson au comportement égal, qui vit sa vie sans chercher querelle à quiconque. C’est un poisson plutôt naïf et confiant, qui vient très facilement chercher la nourriture dans les doigts de son soigneur... et qui tarde beaucoup à comprendre l’usage d’une épuisette. Peu fouisseur, pacifique, il ne s’anime vraiment que lorsque vient l’heure de manger, ou pendant les périodes de frai. S’il n’affichait pas de si belles couleurs, il deviendrait assez vite lassant à observer. Mais sa présence dans un aquarium est un tel régal pour les yeux...

Recommander : 
 

À vous d'écrire

 

Sur le même thème

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Les bâtisseurs"