Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Nature et animaux > Écureuils

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

9 commentaires

Publié le samedi 6 août 2005 dans la rubrique :

Nature et animaux

Écureuils

Un topic sur Forumaqua m’a rappelé un excellent souvenir...

J’avais emmené Freddy à l’école, et je devais attendre pendant une heure pour aller à un rendez-vous. Plutôt que de rentrer chez moi, je suis allée faire un tour dans un sentier non loin de là, qui aboutissait à l’aplomb d’une falaise du haut de laquelle on pouvait admirer toute la vallée. C’était au mois d’octobre ou novembre, il faisait froid, et le fond de la vallée (où étaient l’école et le rendez-vous) pataugeait dans un épais brouillard. Je voulais voir ça d’en haut.

Alors que je marchais dans ce sentier, j’ai entendu près de moi un bruissement et une sorte de couinement : j’avais dérangé un écureuil. Il a grimpé le long d’un arbre, s’est arrêté à mi-hauteur et m’a dévisagée. On est restés un long moment comme ça, et il a fini d’escalader son arbre, pour traverser le chemin en sautant de branche en branche au-dessus de ma tête.

J’ai repris ma balade, mais vingt mètres plus loin, je m’arrêtai au bruit d’une galopade à mes côtés. À quelques mètres de moi, un autre écureuil sautait dans les feuilles mortes, au sol, pour rejoindre un tronc duquel il entreprit à son tour de m’examiner. Mais visiblement, l’arbre en question était déjà habité, et le maître des lieux est venu à la rencontre de l’intrus pour discuter avec lui des modalités d’un éventuel droit de passage... les deux écureuils s’engueulaient copieusement, éveillant la curiosité de leurs congénères.

D’un peu partout, des écureuils affluèrent, curieux, et se placèrent à différentes hauteurs sur les troncs ; ils commentaient la scène en piaillant avec la plus grande énergie. Parfois, l’un d’eux voulait se rapprocher pour mieux voir, et courait dans le chemin, me frôlant presque. Comme j’étais complètement immobile (et les écureuils étant des bestioles extrêmement curieuses, culottées et distraites), ils ne faisaient pas attention à moi.

En quelques minutes, j’ai compté environ 25 petits machins rouquins qui cavalaient dans tous les sens, qui grimpaient, descendaient, couinaient, couraient, discutaient... Et tout ce petit peuple vivait sa vie dans le plus grand tapage. Je n’en croyais ni mes yeux, ni mes oreilles !

Mais l’un d’eux était occupé à tout autre chose que la dispute collective. Parfaitement au-dessus de ma tête, bien installé sur sa branche, il avait entrepris de me chasser de ce chemin où j’étais une intruse. Avec application, il jetait sur ma tête des glands de chêne. Quand il n’en avait plus, il descendait au sol à toute vitesse, ramassait deux ou trois glands qu’il entassait dans la bouche, grimpait dare-dare sur son stand de tir, visait, et me touchait à chaque lancer.

Je ne sais pas combien de temps tout ce manège a duré. Des connards de touristes sont arrivés avec des bottes en caoutchouc et leur chien, parlant fort, tapant des pieds, et les écureuils ont subitement disparu, en une fraction de seconde tout est redevenu silencieux et désert...

J’avais mon appareil photo avec moi, mais j’avais été tellement captivée par le ballet des écureuils que je n’ai même pas eu l’idée de l’utiliser. J’aurais pu, certains écureuils étaient à moins d’un mètre de moi. Comme je regrette...

En France, les écureuils sont encore très répandus ; il est assez facile d’en voir. Mais nos écureuils roux subissent la concurrence d’un étranger venu des îles britanniques : l’écureuil gris. Ce dernier est plus gros, moins exigeant quant à son environnement, et conquiert peu à peu de vastes territoires dont il chasse nos écureuils à nous, qui souffrent déjà de la destruction des forêts mixtes.

DB_c’était_la_séquence_nostalgie... ;-)

Recommander : 
 

Vos réactions

 
Écureuils
6 août 2005 23:30, par Pomme

Citation :

Des connards de touristes sont arrivés avec des bottes en caoutchouc et leur chien, parlant fort, tapant des pieds,

Hélas...

Pomme_c’est_con_la_campagne_on_voit_jamais_rien_vaut_mieux_avoir_les_animaux_e n_cage

Écureuils
6 août 2005 23:30, par DB du Jardin

Pomme a écrit :

Pomme_c’est_con_la_campagne_on_voit_jamais_rien_vaut_mieux_avoir_les_animaux_e n_cage

Le mieux, c’est encore de les empailler : là au moins ça bouge pas, et en plus ça fait pas de saletés.

Ceci dit, les gens ne comprennent pas qu’ils terrorisent tout un petit monde en braillant dans les chemins ? Alors qu’en marchant sans bruit, sans parler, c’est Noël à chaque pas... Chais pas moi, mais pourtant c’est pas difficile à comprendre ? Si ?

DB_capable_de_passer_10_minutes_à_plat_ventre_sur_une_route_pour_regarder_traverser_une_courtilière...

Écureuils
6 août 2005 23:31, par Pomme

Citation :

DB_capable_de_passer_10_minutes_à_plat_ventre_sur_une_route_pour_regarder_traverser_une_courtilière...

Et d’arrêter la circulation pour laisser un paresseux traverser la route ;-)

Écureuils
6 août 2005 23:32, par DB du Jardin

Y’a des paresseux chez toi ?

Tu racontes ?

DB_après_je_raconterai_le_bébé_hérisson

Écureuils
7 août 2005 23:32, par Pomme

Oui, il y a des paresseux, vivant tranquillement sur des arbres spécifiques, bien à eux, dont ils mangent les feuilles et pas d’autres. Ils descendent à terre une à deux fois par semaine, histoire d’aller se libérer les intestins et de changer de réfectoire.

C’était au détour d’une petite route, au sortir d’un virage, nous avons vu comme une espèce de grande patte d’araignée à moitié sur la chaussée. Nous avons réalisé qu’il s’agissait d’un paresseux, qui, quelques dizaines de centimètres plus tard se serait pris le pare choc dans le crâne. Nous nous sommes arrétés pour le regarder. C’était un mâle avec une grande bande noire sur le dos... en fait assez verdâtre, car l’animal se déplaçant très, très lentement, même des mousses et des lichens lui possent dessus . Nous étions trois, à l’observer lorsqu’une, puis deux voitures se sont approchées et le paresseux n’avait guère bougé. Nous avons donc, une amie et moi décidé de faire ralentir, voire arrêter les véhicules, tandis que notre chauffeur, à l’aide de deux morceaux de bois passés sous le ventre de l’animal le soulevait délicatement pour lui faire traverser la chaussée.

Une fois de nouveau dans les hautes herbes, le paresseux a repris tranquillement sa route. Au loin, à quelques mètres, la silhouette des arbres aux délicieuses feuilles qui l’attendaient.

Pomme_j’ai_aussi_en_tête_un_petit_chemin_dans_la_Loire_et_une_rencontre_ avec_un_petit_écureuil_roux_tenant_farouchement_deux_bogues_de_chataignes_ toutes_vertes_entre_ses_petites_pattes

Écureuils
7 août 2005 23:33, par DB du Jardin

Trouvé ce lien qui parle du paresseux : http://www.vacarme.eu.org/article9.html

D’abord on en apprend plus sur le bestiau (comme tout le monde ou presque, je croyais moi qu’il vivait en Australie, comme à peu près tout ce que la planète compte de machins vivants bizarres) ; ensuite, on se régale à la lecture de cette page magnifiquement écrite.

DB_ki_sait_tout_désormais_sur_les_Édentés

Écureuils
7 août 2005 23:34, par Umanimo

DBardel a écrit :

Trouvé ce lien qui parle du paresseux : http://www.vacarme.eu.org/article9.html

D’abord on en apprend plus sur le bestiau (comme tout le monde ou presque, je croyais moi qu’il vivait en Australie, comme à peu près tout ce que la planète compte de machins vivants bizarres) ; ensuite, on se régale à la lecture de cette page magnifiquement écrite.

DB_ki_sait_tout_désormais_sur_les_Édentés

Heu, pas moi. Je connais pas tout tout tout sur les animaux, mais un petit bout quand même, vu que le sujet me passionne.

Pour ce qui est des écureuils, il m’est arrivé d’en voir aussi se poursuivre dans les arbres et c’est un spectacle qui vaut le détour. Merci de nous avoir fait partager ce moment là.

Écureuils
7 août 2005 23:35, par Vieux motard

DBardel a écrit :

J’avais mon appareil photo avec moi, mais j’avais été tellement captivée par le ballet des écureuils que je n’ai même pas eu l’idée de l’utiliser. J’aurais pu, certains écureuils étaient à moins d’un mètre de moi. Comme je regrette...

Ne regrette rien, comme je l’ai toujours dit, la photo n’est qu’un moyen de partage, pas de mémoire. Ce moment là n’est qu’à toi, bien que par les mots tu viens de le partager aussi J’ai quelques histoire dans le même genre, mais surtout avec des bébé marmottes Très (trop) facile à approcher début juillet et très curieux de nature, ils ne réagissent pas toujours aux sifflements d’avertissement des adultes.

Écureuils
7 août 2005 23:37, par Aquar-elle

A propos d’écureuils, chaque hiver, « Noisette » et « Pistache » viennent manger sur le bord de la fenêtre de notre cuisine. Au fil des semaines, j’ouvre la fenêtre et ils viennent chercher leurs morceaux de pain sur le rebord interieur de la cuisine ( en se tenant toutefois prêts à filer si Chaussette (notre chatte) ou Biscotte (notre chienne ) pointent leurs museaux.

Voilà « Noisette » ce printemps, sur le toit du garage devant ma cuisine. A voir ses rondeurs, elles a dû mettre bas peu après.

Quand j’étais petite, un duo prénommé « Bibi et Fricotain » avait été adoptés par ma mère et venait aussi manger dans la cuisine !

Annick

 

À vous d'écrire

 

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Camaïeux"