Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Petits riens sur tout > DB kidnappée en plein jour (...)

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

Publié le dimanche 29 octobre 2006 dans la rubrique :

Petits riens sur tout

DB kidnappée en plein jour place du Cap’...

Alors là, il m’est arrivé un truc pas banal aujourd’hui... J’étais allée à Toulouse avec l’homme de ma vie, chacun sur sa moto, dans le but d’initier Monsieur aux joies de la conduite en ville. Le dimanche matin, a priori, la circulation est fluide, c’est tranquille. Comme prévu, après nos 30 kilomètres de campagne lauragaise (sous un soleil matinal mais néanmoins déjà très immoral pour un 29 octobre), on arrive à onze heures en vue de la place du Capitole, avec circulation un peu laborieuse, mais encore supportable. Au beau milieu de la place, on voit un alignement de motos, avec des gens autour, dont l’un vêtu d’un gilet de signalisation. Je me dis « Tiens, une concentre, une démonstration, un truc de la Sécurité routière, une manif’, une expo-vente... bref y’a un truc. » Et je continue à avancer au pas, cherchant un endroit où me garer, et surtout un passage entre les plots de pierre qui ceignent la place, où je puisse me faufiler en toute illégalité ET sans avoir à poser le pied au sol (pour ceux qui l’ignoreraient encore, ma moto est un peu trop haute pour moi, et le moindre franchissement de bordure se transforme en exercice de voltige). Mon cher et tendre, beaucoup plus aventureux que moi, entre sur la place... et aussitôt les motards font de grands gestes, des moulinets avec les bras, crient, gesticulent... Mon héros prend peur et change de direction.

Mais lorsqu’il gare sa moto à l’angle de la place, bien bien loin du troupeau de sauvages hurleurs, une main se pose sur son épaule. Accompagnant la main, le gilet de sécurité ! « P’taing qu’est-ce que j’ai encore fait ! », pense mon pauvre apprenti-pilote-en-ville. Et moi, qui suis encore sur la voie de circulation, je me dis que je vais peut-être faire un tour de la place du Cap’ à vide, histoire de voir comment la situation évolue. Mais bon. Mon cher et tendre me fait de grands signes, on dirait qu’il a maîtrisé le danger et que je peux y aller sans risque. Alors je viens ranger ma moto à côté de la sienne, et à mon tour je me fais happer par le gilet de sécurité, qui porte sur son dos le logo « Varadero », qui s’appelle Rémi et qui veut à tout prix qu’on aille rejoindre ses potes garés au beau milieu de la place, en ordre impeccable.

Nous venons de tomber dans le guet-apens d’un club de propriétaires de ma moto, qui se sont réunis là pour faire une balade dans Toulouse, manger un morceau, échanger des conseils et astuces concernant ce bolide dont visiblement ils n’ignorent rien, et personne dans la foule du dimanche n’a levé le doigt pour nous porter secours ! Un rapt au grand jour, dans l’indifférence générale...

Ni une ni deux, nos mob’s se sont retrouvées rangées près des autres. La preuve en image :

Pour info, la plus belle c’est la mienne, la première en partant de la gauche... La deuxième plus belle c’est celle de l’homme de ma vie, juste à côté. Sinon, d’accord, les autres sont pas mal non plus... :lol : Une bonne dizaine de Varaderos, venues de Midi-Pyrénées bien sûr, mais aussi d’Espagne, de Marseille, du Jura... En tout, 17 motards que voici dans leur élément naturel (oui, je fais aussi du photojournalisme animalier... vous l’ignoriez ?) :

Bref. J’étais partie ce matin pour un aller-retour Caraman-Toulouse tranquille, et finalement on a suivi la bande qui a visité la Ville rose en long, large et travers, avant d’arriver dans une cafétéria où enfin nous avons pu échapper à nos ravisseurs à deux heures bien sonnées.

Pour vous éviter à vous de tomber dans leurs griffes, je vous donne l’adresse de leur repaire, où ils séquestrent les pauvres motards qui partent se balader le matin sans se douter de rien... C’est ICI. Alors prudence...

DB_encore_traumatisée ;-)

Recommander : 
 

À vous d'écrire

 

Sur le même thème

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Inventaire"